L’hécatombe continue en 2016 – Billy Paul n’est plus

Mort dimanche 24 avril à 81 ans à son domicile de Blackwood (New Jersey), des suites d’un cancer du pancréas, Billy Paul restera la voix de «Me and Mrs Jones».

Né le 1er décembre 1935 à Philadelphie, Paul Williams avait passé son enfance auprès d’une mère fan de jazz. Son premier héros est Nat King Cole. A 16 ans, il se produit en ville au Club Harlem, où il croise Charlie Parker et décide de changer d’identité pour éviter toute méprise avec le saxophoniste Paul « Hucklebuck » Williams.
Dès 1952, Billy Paul enregistre à New York deux singles pour le label Jubilee. Cinq ans plus tard, lors de ses obligations militaires en Allemagne, il fait la connaissance d’un certain Elvis Presley. La rencontre en 1967 de Kenny Gamble lui permet enfin d’enregistrer deux premiers albums, encore très marqués par sa culture originelle, avec des versions du Somewhere, de Leonard Bernstein ou du Psychedelic Sally, d’Horace Silver, piano et contrebasse au galop, scat emprunté à Ella Fitzgerald. On croirait entendre le frère de Nina Simone.

L’album de la percée sera 360 Degrees of Billy Paul qui contient, outre Me and Mrs Jones, une relecture accélérée et inspirée du Your Song, d’Elton John (gros succès au Royaume-Uni). Let’s Make a Baby heurte en 1975 les chastes oreilles du révérend Jesse Jackson, qui mène alors campagne contre les paroles trop « explicites »…

En guise d’hommage, souvenons-nous aussi de ce superbe titre de l’artiste, interprété en 2007 avec Nolwenn Leroy, gagnante de la Star Academy n° 2 et Anne-Laure Sibon, demi-finaliste de la même émission..

About

View all posts by

Laisser un commentaire